Les peurs des adultes encouragent l'obésité chez les enfants

Toutes Les Nouvelles

monkey-bars-smiles.jpgLes enfants d'aujourd'hui deviennent-ils sédentaires et obèses en raison d'un désir accru de jeux vidéo ou parce que leur désir inné de courir librement dans le quartier a été écrasé par des parents trop craintifs?

Dans un Chronique d'opinion du National Post , Marni Soupcoff commente un bulletin national canadien intitulé Jeunesse en santé actifs Canada.


«Les enfants bougent-ils suffisamment. Peut-être pas (cependant, en tant qu’observateur régulier des dates de jeu de la maternelle, je peux vous dire que les petits que je vois devraient défier les lois de la physique et de la gravité pour ne plus bouger).

Mais si l'inactivité est vraiment un problème, la solution ne réside pas dans les «lignes directrices en matière d'activité physique pour les enfants de cinq ans et moins», comme le suggère le directeur scientifique d'Active Healthy Kids Canada.

Un plus grand nombre «d’engagements nationaux pour encourager le sport et l’activité» ne suffira pas non plus, même si de tels engagements vont absorber avec succès des quantités incalculables d’argent des contribuables, affirme le PDG de l’organisation.

Le mouvement est l'état naturel des enfants.


Pour les ramener là-bas, nous n’avons pas besoin d’intervention ou d’expérimentation majeure en psychologie de la motivation; nous devons simplement supprimer les obstacles. Le simple fait de laisser les enfants «sans laisse» plus souvent, de les libérer jusqu'à (littéralement) courir seuls sans la surveillance directe constante d'un adulte serait un excellent début.

«Mais la peur du crime et des prédateurs en fait une proposition effrayante pour les parents. Cela ressemble à un monde dangereux là-bas. Mais, en fait, la vie est beaucoup moins risquée pour les tout-petits aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a une génération, lorsque les enfants étaient généralement laissés à eux-mêmes », affirme Soupcuff, qui pointe vers des terrains de jeux plus sûrs.


Matthieu Yglesias écrit que dans les années 90, la perception du public quant à savoir si la criminalité s'améliorait ou empirait largement suivait la réalité. Mais en 2002-2008, les Américains ont commencé à percevoir une augmentation de la criminalité qui ne reflétait pas la réalité selon laquelle les taux de criminalité chutaient rapidement.

Dans un article intitulé Marcher jusqu'à l'école, une tradition séculaire , le Salt Lake Tribune a tenté de rendre les craintes des parents conformes à la réalité. Il a présenté une école primaire à Salt Lake City qui a construit un réseau d'enfants qui marchent à l'école.

Selon STATS.org, un groupe de réflexion de l’université George Mason qui surveille l’utilisation des statistiques par les médias, le risque réel qu’un enfant soit pris par un étranger est d’environ 1 sur 1 million. De plus, David Finkelhor, chef du Crimes Against Children Research Center, qui suit et travaille pour prévenir la violence contre les enfants, soupçonne que les enlèvements d'enfants ont en fait diminué, sur la base d'une baisse de 26% des homicides d'enfants et de 30% des agressions sexuelles contre des enfants. au cours de la dernière décennie.

Bien que la marche à pied pour aller à l'école «garde les enfants en bonne santé, diminue la pollution de l'air et peut renforcer la confiance des jeunes enfants grâce à une plus grande conscience de soi et à une plus grande responsabilité personnelle», très peu de parents encouragent cette pratique.


Soupcoff conclut: «Bon nombre des activités les plus faciles pour les enfants - explorer, se cacher et chercher, jouer au tag, faire du vélo - impliquent beaucoup de mouvements physiques. Mais ils impliquent aussi de quitter la maison et de prendre des risques. Les adultes dans la vie des enfants - parents, nounous, enseignants - doivent être prêts à accepter de tels risques avant de pouvoir s’attendre à voir leurs charges s’exercer davantage de leur propre gré.

Ce qu'il faut, ce n'est pas un autre programme national ou des directives d'en haut: «Tout ce qu'il faut, c'est un peu de courage adulte.»

Photo par Sun Star