Après que Chicago est devenue l'une des plus grandes villes américaines à abandonner les frais de bibliothèque en retard, les retours de livres ont augmenté de 240%

Toutes Les Nouvelles

Les amateurs de livres de Chicago ne sont plus découragés par les tas de frais de retard des bibliothèques - et les bibliothécaires sont ravis d'annoncer que les retours de livres ont augmenté de 240%.

Windy City est devenue l'une des premières grandes villes du pays, après d'autres comme San Diego et Nashville, à supprimer les frais de livres en retard après que la mairesse Lori Lightfoot a approuvé la politique dans le but d'encourager l'alphabétisation et les ressources éducatives parmi les personnes à faible revenu. communautés.


Depuis son entrée en vigueur dans les 81 bibliothèques de quartier et régionales de la ville le 1er octobre, les bibliothécaires affirment que la politique a contribué à accueillir davantage de clients dans leurs locaux.

REGARDEZ: L'école installe un distributeur automatique qui distribue des livres gratuits aux enfants qui lisent

Selon l'Associated Press, la commissaire de la Bibliothèque, Andrea Telli, a souligné le succès de la politique à ses collègues membres du conseil municipal lors d'une réunion budgétaire le mois dernier.

«Juste par le bouche à oreille et aussi sur les pages de médias sociaux de la bibliothèque comme Facebook, nous avons vu de nombreux clients dire:« Oh mon Dieu. C'est tellement génial. Je vais ramener mes livres. J’ai hésité à revenir à la bibliothèque parce que je suis redevable de ces amendes », a déclaré Telli.


La mairesse Lightfoot poursuivra son engagement à soutenir le système de la bibliothèque publique de Chicago en approuvant le financement de 15 à 20 bibliothèques municipales qui commenceront à ouvrir le dimanche en 2020.

[Note de l'éditeur: nous avons répété à tort l'idée que Chicago était la première grande ville des États-Unis à instaurer cette politique, jusqu'à ce que les fans de GNN signalent son existence dans deux autres villes.]


Aidez vos amis à lire la bonne nouvelle en la partageant avec vos amis sur les réseaux sociaux- Photo d'archive par Alejandro Mallea, CC