Un Canadien propose de partager sa «terre volée» avec la famille des Premières Nations

Toutes Les Nouvelles

Joel Holmberg était fatigué de voir des propos racistes contre les Premières Nations sur les réseaux sociaux. Ainsi, au lieu de permettre à de tels préjugés de s'épanouir, le joueur de 45 ans s'est tourné vers Facebook avec une offre de gentillesse et de camaraderie.

Holmberg, qui possède 5 acres de terre près de Barrhead en Alberta, au Canada, a offert de partager sa terre avec une famille des Premières Nations gratuitement.


Holmberg écrit : «Toute famille des Premières Nations qui veut simplement vivre sur la terre, chasser, pêcher, cultiver des aliments et passer sa vie immergée dans sa culture, élever ses enfants traditionnellement, devrait me contacter. J'ai de l'espace pour vivre ici en famille, beaucoup d'orignaux et beaucoup d'espace pour cultiver des aliments.

Le résident de l'Alberta dit qu'il jouait avec l'idée de partager sa terre depuis quelques années maintenant, mais il a finalement été incité à agir après que les médias sociaux se sont enflammés à cause d'un récent crime haineux en Saskatchewan.

EN RELATION: Un agriculteur rend 700 acres de côte californienne à une tribu amérindienne

«Mes 5 acres - bien que cela constitue le travail de ma vie et que je paierai encore 20 ans pour cela - en réalité, c’est une terre volée et je le sais.


«Notre superficie peut être un modèle de la façon dont les choses devraient se passer au Canada.»

Depuis sa publication sur Facebook, Holmberg a reçu plus de 100 messages concernant son offre. Selon Le gardien , des anciens autochtones l'ont contacté pour organiser des cérémonies sur le terrain. Les communautés chinoises, sikhs et musulmanes du Canada lui ont également envoyé des messages disant qu'il les avait inspirés à entreprendre des initiatives similaires.


SUITE: Après avoir évacué sa propre maison, Guy Fieri prépare des milliers de repas pour les victimes des incendies de forêt

L'homme de 45 ans répondra aux messages et donnera des visites de la superficie aux familles intéressées au cours des prochaines semaines dans l'espoir de trouver les bonnes personnes.

«Si vous êtes autochtone, que vous avez des enfants, que vous êtes sobre et sobre et que vous voulez être libre sur la terre, nous avons une maison pour vous ici», déclare Holmberg. 'Pas de loyer, pas de factures, juste vivre gratuitement, loin des grandes villes.'

Cliquez pour partager l'histoire inspirante avec vos amis