Un couple protège les lémuriens en voie de disparition à Madagascar en lançant une bibliothèque mobile pour apprendre aux peuples autochtones à lire

Toutes Les Nouvelles

Lorsqu'un jeune couple est parti en lune de miel 2014 à Madagascar - l'un des environnements les plus précieux au monde - les problèmes déchirants des peuples autochtones, des forêts et des lémuriens tourbillonnaient dans leur esprit jusqu'à ce qu'un jour une solution holistique se révèle, comme un brillant rayon de soleil à travers l'enchevêtrement de la canopée de la jungle.

Leur idée de la façon dont ils pourraient bénéficier à la fois à la faune et aux humains est aujourd'hui un programme qui atténue la pauvreté des Malgaches, tout en aidant à sauver les lémuriens en voie de disparition, qui se trouvent sur l'île de Madagascar, et nulle part ailleurs.


L’économie du pays est la quatrième à la croissance la plus rapide au monde. En fait, un quart de la vanille du globe provient de l’île. Pourtant, la grande majorité des adultes malgaches ne savent même pas lire, donc ils ne bénéficient pas des emplois mieux rémunérés. Ils sont laissés à eux-mêmes, vivant de la terre - qui empiète et met en danger la faune qui les entoure.

Le couple, Shana et Vlad Vassilieva, a appris tout cela de leur guide touristique, JJ (Jean-Jacques Rafenomahazomanana), un local passionné qui a partagé ses vastes expériences de la culture malgache et les a conduits au-delà des zones touristiques désignées, dans des villages isolés.

Là, ils ont remarqué que les écoles pour enfants n'avaient pas de livres et que les pratiques agricoles dans les villages n'étaient pas durables. Ils ont décidé qu'ils pouvaient résoudre ces deux problèmes en s'attaquant au problème de l'alphabétisation.

Ils se sont associés à JJ pour créer le projet de bibliothèque mobile, conçu non seulement pour enseigner aux gens les lettres, mais aussi leurs lémuriens.


«L'un des principaux objectifs est d'aider les Malgaches à voir tout ce que l'on peut gagner des forêts et de la nature quand on en prend soin et que l'on pratique des méthodes plus durables», a déclaré Shana. «Ainsi, tandis que les enfants et les adultes apprennent à lire, ils apprennent également à prospérer hors des terres de manière plus mutuellement avantageuse.»

VOIR: Des dizaines de créatures censées être éteintes sont retrouvées vivantes dans la «cité perdue» de la jungle


Le projet de bibliothèque mobile à but non lucratif emploie deux éducateurs supplémentaires et fonctionne à partir d'une camionnette qui se rend dans quatre villages chaque mois en coordination avec les écoles locales.

Ils fournissent non seulement des livres et des leçons sur la lecture et l'écriture, mais le groupe propose également des ateliers sur la façon d'améliorer le rendement de vos cultures et de moins dépendre des forêts. De cette façon, les Malgaches peuvent développer de nouvelles ressources et laisser une plus grande partie de la forêt aux animaux indigènes - dont 80 pour cent ne sont vus nulle part ailleurs dans le monde.

«Lorsque les gens lisent des livres, ils commencent à voir la relation entre l'environnement et les gens», a déclaré JJ, originaire de Madagascar, qui dirige l'organisation à but non lucratif. S'adressant à Shana, une réalisatrice de l'Idaho, dans le cadre d'un court documentaire, il a expliqué que les gens apprennent «s'ils protègent la forêt, ils peuvent en tirer beaucoup d'avantages».


Le projet donne également aux familles des graines à planter. Chaque fois qu'une famille rejoint le projet de livre, elle reçoit également des graines, ainsi qu'un livre. Chaque école visitée par le projet reçoit également des arbres fruitiers. Lorsqu'il a grandi, les élèves peuvent manger le fruit ou les enseignants peuvent vendre le fruit pour aider à payer les fournitures et autres améliorations nécessaires. Les arbres aident également à retenir l'eau dans le sol, fournissent une couverture d'ombre aux plantes et préviennent l'érosion du sol. Ils partagent également des ananambos car ils ont des avantages médicinaux et une valeur nutritionnelle plus dense, et des haricots car ils sont faciles à cultiver.

SUITE: Voici pourquoi vous pouvez saluer 2019 comme une année d '«action incroyable contre les espèces»

Depuis 2016, le groupe a aidé à éduquer 6 200 personnes, planté 80 arbres dans 14 écoles et distribué 66 livres de semences à 46 familles, ainsi que des milliers de livres.

Photos par Mobile Library Project sur Facebook

Le couple s'associe également à Zara Aina, une organisation à but non lucratif de Madagascar, et a reçu une subvention pour lancer la première tournée en 2016. Depuis l'ajout du programme de partage de semences et d'arbres en novembre 2018, ils ont élargi leur vision davantage, dans l'espoir d'offrir des micro-prêts pour aider les natifs malgaches à développer leurs propres entreprises.

«J’aime l’idée de devenir, non seulement une bibliothèque mobile pour l’éducation, mais aussi un outil mobile d’autonomisation financière sur roues et basé sur la conservation», a-t-elle déclaré.

REGARDEZla vidéo sur la connexion Lemur, etTROUVERplus d'infos sur mobilelibraryproject.com ...

Soutenez le peuple de Madagascar… en partageant sur les réseaux sociaux