Un grutier conclut un pacte réconfortant avec un mourant qui l'avait regardé travailler tous les jours

Toutes Les Nouvelles

Un grutier compatissant de l'Ohio est félicité pour avoir fait tout son possible pour se lier d'amitié avec un mourant qui ne pouvait s'empêcher de manquer ses anciens jours de gloire dans les travaux de construction.

C'était le premier jour de travail de Shawn Beveridge sur son dernier chantier de construction lorsqu'il a remarqué l'homme assis dans son fauteuil roulant sur le trottoir d'une maison de retraite en face du chantier.


L'homme a regardé Beveridge et ses collègues travailler du matin au soir - et il a continué à les regarder tous les jours après cela. Il a même déjeuné en même temps que Beveridge et son équipage.

«Au départ, je m'étais dit:« C’est juste un vieil homme curieux qui veut profiter de ses journées dehors plutôt que d’être enfermé dans sa chambre », Beveridge rappelé dans un message Facebook plus tôt ce mois-ci. «Eh bien, après quelques jours, je suis moi-même devenu curieux, alors je suis passé et je me suis présenté à lui.

REGARDEZ: Quand un élève pleurait à bord du bus pour le premier jour d'école, le chauffeur a tenu sa main sur le chemin

Beveridge et l'homme, qui s'est identifié comme Harold, ont fini par partager une aimable conversation de deux heures et demie sur la construction. Avant que les problèmes de santé d’Harold ne l’amènent aux soins palliatifs en 2012, il avait passé 50 ans comme grutier. «Il a dit qu'il aimait voir ce qu'il aimait faire dans la vie et qu'il n'avait jamais pensé qu'il pourrait jamais voir ou être à nouveau près d'une grue, encore moins être si près d'en voir une en action», a écrit Beveridge. «Alors j'ai fait un marché à Harold!


«Notre affaire est la suivante: Harold a conduit des grues pendant plus de 50 ans et peu importe à quel point vous pensez être doué pour quelque chose, il y a toujours plus à apprendre. Alors j'ai dit à Harold tous les jours après le travail, je vais m'asseoir avec lui un peu pour qu'il puisse me critiquer et me juger sur ce que j'ai fait pour ce jour-là (lui donner quelque chose dont il aime parler) pendant que j'arrive aussi à apprenez de lui. En échange, je lui apportais un café noir tous les matins tant que je serais ici et je lui achetais le déjeuner deux fois par semaine, où qu’il choisisse.

«Il n’a pas sauté un battement avant que‘ ABSOLUMENT! ’Ne sorte de sa bouche», a poursuivi Beveridge.


PLUS: Une adolescente sourde remercie l'hôtesse de l'air pour une note manuscrite qui «signifiait le monde» pour elle lors de son premier vol seul

«Au départ, il voulait être inscrit sur la liste de paie, [mais depuis] je lui ai expliqué que ce n’était pas possible, j’en suis rapidement arrivé à ce que je pensais être un accord équitable», at-il ajouté.

Depuis que Beveridge a décrit sa rencontre réconfortante avec Harold sur Facebook , son message a été partagé plus de 200 000 fois. Il espère maintenant que cela inspirera d'autres personnes à tendre la main à un étranger qui pourrait avoir besoin d'un sourire.

«Essayez toujours d’éclairer les esprits de quelqu'un. Lorsque Dieu choisit de ramener cet homme à la maison, je suis heureux de savoir que j'ai été placé ici à cet endroit pour rendre ses jours meilleurs », a conclu Beveridge. «Je suis content de ça.»


Soyez sûr de vous et partagez cette douce histoire de gentillesse avec vos amis sur les réseaux sociaux…