Les médias français refusent de glorifier les terroristes et interdisent les photos sensationnelles

Toutes Les Nouvelles

Certains médias français refusent de publier ou de diffuser des photos de terroristes impliqués dans de récentes attaques à travers le monde afin de les empêcher de gagner une «glorification posthume».


Le journal Le Monde a lancé la tendance en annonçant dans un éditorial après l'attentat du 14 juillet à Nice qu'il ne publierait plus de photos de terroristes, à l'exception des photos de mug. Le journal avait déjà cessé de publier des photos de documents de propagande de l'Etat islamique.

Suivant leur exemple, la radio Europe 1 ne publiera plus de photos sur son site Internet et la chaîne de télévision France 24 a également interdit les photos de leurs émissions.

EN RELATION: Les chrétiens protègent les mosquées le vendredi, les musulmans gardent les églises le dimanche

La décision n’est pas universelle, certaines agences de presse déclarant qu’elles continueront à publier les photos par responsabilité de fournir «l’histoire complète».


Mais suite à l'attaque de mardi contre une église en Normandie, BFM-TV et le journal catholique La Croix se sont joints à l'interdiction de prendre des photos.

EN RELATION: L'armée nigériane sauve plus de 800 otages de Boko Haram


La psychanalyste, Fethi Benslama, qui enseigne à Paris, a souligné à la radio française : 'C'est un très gros coup de pouce pour leurs efforts pour se faire connaître dans le monde entier, même si leurs victimes sont anonymes et resteront anonymes.'

(ECOUTEZà une interview de NPR avec l'éditeur du Monde ci-dessous) -Photo: Mark Mitchell, CC

Donnez à vos amis quelque chose à penser, partagez ceci…