Les détenus réduisent la peine en développant des jardins prospères pour la charité

Toutes Les Nouvelles

détenus-jardinage-omar-freere

Ils sont peut-être derrière les barreaux, mais cela ne les empêche pas d'aider la vie à prospérer en dehors d'eux.


Les condamnés des prisons du centre de réinstallation au Brésil produisent 100 livres de légumes par an dans la cour de leur établissement. Tous les produits sont donnés à des institutions qui aident les enfants vulnérables et les régions les plus pauvres du sud-ouest.

Depuis le début du programme il y a environ sept mois, la cour de la prison environnante a changé - un champ de déchets et de buissons s'est transformé en un jardin luxuriant de légumes. Des oignons, de la laitue, des tomates, du manioc, du chou, du brocoli et d'autres aliments biologiques sont soignés par les détenus.

REGARDER: Un ex-flic et un ex-détenu arrêtent de se battre, font équipe pour une seconde chance

Les détenus travaillent de 8 h à 17 h - tous les trois jours de travail dans la cour, c'est un jour de moins de leur peine de prison. Chaque équipe est composée de deux agents et de quatre prisonniers à faible risque qui s'occupent des jardins.


Selon Tatiane Costa, la directrice de la prison, le terrain représente un meilleur avenir hors de leurs cellules. «Outre la punition, le but de toute prison est d'élargir les perspectives des détenus sur ce que l'avenir leur réserve. Ils doivent voir une perspective d’ici pour s’assurer qu’ils ne reviendront pas », explique Mme Costa au Le temps .

PLUS: Le confucianisme maintient les condamnés dans le droit chemin


Jefferson Rodrigues de Faria, 27 ans, est l'un des détenus autorisés à travailler dans la cour. Beaucoup de choses ont changé dans la vie de M. Faria après qu’il a commencé à produire de la nourriture. «Je suis beaucoup plus calme et je ressens une plus grande sensation de liberté. La cellule est déprimante, mais le domaine est la thérapie », dit le détenu.

Le projet bénéficie du soutien de nombreux partenaires. Le maire de Juatuba, une ville voisine, a prêté un tracteur pour nettoyer le champ; le maire de Betim a autorisé l’agronome de la ville à vérifier chaque mois la santé des récoltes; et l'église baptiste Betel a fait don des semences et des fournitures nécessaires tout en distribuant la récolte.

Augmentez la positivité: cliquez pour partager-Photo par Omar Friere