Le Népal s'apprête à devenir le premier pays à doubler sa population de tigres sauvages

Toutes Les Nouvelles

Les populations de tigres sont en train de rebondir dans le monde entier, mais les défenseurs de l’environnement se réjouissent du rétablissement rapide du grand félin au Népal.

En l'honneur de la Journée nationale de la conservation en septembre, au Népal annoncé qu'il y a maintenant environ 235 tigres sauvages dans le pays, ce qui double presque le niveau de référence record d'environ 121 tigres en 2009.


Si ces tendances se poursuivent, le Népal pourrait devenir le premier des 14 pays à doubler sa population nationale de tigres depuis que les agences internationales se sont réunies en 2010 et ont fixé l’ambitieux objectif TX2 de doubler la population mondiale de tigres sauvages d’ici 2022.

«Notre engagement envers le programme mondial de rétablissement du tigre gagne du terrain avec le nombre croissant de tigres au Népal et la mise en œuvre réussie du plan d’action pour la conservation du tigre du Népal», a déclaré Bishwa Nath Oli, secrétaire du ministère des Forêts et de l’Environnement. «La protection des tigres est une priorité absolue du gouvernement, et nous sommes reconnaissants du soutien compétent de nos partenaires, des organismes chargés de l'application de la loi, des communautés locales et de la communauté internationale dans un but commun.

EN RELATION: L'Inde sauve ses tigres au lieu d'exploiter 330 millions de dollars de diamants

Le Népal a mené son enquête nationale sur les tigres entre novembre 2017 et avril 2018 dans le paysage transfrontalier de l'arc de Terai (TAL), une vaste zone d'écosystèmes divers partagés avec l'Inde. Des pièges photographiques et des relevés d'occupation ont été utilisés pour estimer l'occupation et l'abondance des tigres, tandis que des relevés par transects linéaires ont été utilisés pour calculer la densité des proies. La dernière enquête sur les tigres en 2013 avait estimé la population de tigres à 198.


«Cette augmentation significative de la population de tigres du Népal est la preuve que lorsque nous travaillons ensemble, nous pouvons sauver la faune de la planète, même les espèces menacées d'extinction», a déclaré Leonardo DiCaprio, membre du conseil d'administration du WWF-États-Unis et président de la Fondation Leonardo DiCaprio, qui a financé tiger conservation dans le parc national de Bardia au Népal et ailleurs depuis 2010. «Le Népal a été un chef de file dans les efforts visant à doubler les tigres à l'intérieur de ses propres frontières et sert de modèle de conservation pour toute l'Asie et le monde. Je suis fier du partenariat de ma fondation avec le WWF pour aider le Népal et les communautés locales à doubler la population de tigres sauvages. '

Le succès au Népal a été largement attribué à l’engagement politique du pays et à l’adoption d’outils et d’approches novateurs pour la conservation des tigres. Le Népal a été le premier pays à atteindre les normes mondiales de gestion des aires de conservation des tigres, un programme d'accréditation régi par les normes de conservation des tigres assurés (CATS). À quatre ans de plus, l'objectif de TX2 de doubler le nombre de tigres dans le monde ne peut être atteint que si tous les pays de l'aire de répartition des tigres s'engagent à atteindre un niveau d'excellence similaire.


EN RELATION: Les meilleures nouvelles environnementales de 2018 - La Terre semble être entre de bonnes mains après tout

De plus, en mai 2018, le Népal a célébré une nouvelle référence avec la réalisation de 365 jours de zéro braconnage de rhinocéros à cinq reprises entre 2011 et 2018.

«Chaque tigre compte, pour le Népal et pour le monde», a déclaré le Dr Ghana S Gurung, représentant national, WWF-Népal. «Alors que le Népal n'est qu'à quelques tigres de notre objectif de doubler le nombre de tigres d'ici 2022, cela souligne également la nécessité continue d'assurer une protection et des habitats améliorés et contigus pour la survie à long terme de l'espèce.

Préservez la positivité en partageant la bonne nouvelle avec vos amis sur les réseaux sociaux-Photo du WWF