Les écoles remplacent les gangs dans le pire bidonville d’Haïti

Toutes Les Nouvelles

Les livres remplacent les balles en tant que principal objectif des enfants dans certains des pires bidonvilles d'Haïti, où, depuis des années, des hommes armés ont gouverné les rues ne laissant entrer aucun travailleur humanitaire. Des dizaines de milliers de jeunes sont finalement retournés à l'école grâce à une opération dirigée par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance.271 écoles et plus de 68000 enfants reçoivent du matériel d'apprentissage de base (comme ces sacs à dos, illustrés à droite) dans la Cité Soleil et autres quartiers touchés par la violence…

Pendant des années, de puissants gangs ont pris le contrôle de Cità Soleil, le bidonville balnéaire de la capitale haïtienne de Port-au-Prince qui a longtemps été considéré comme l'un des quartiers les plus violents de tout l'hémisphère occidental. Ils ont recruté de force des enfants et éloigné les étrangers, y compris les travailleurs humanitaires. La violence et la pauvreté accrue ont forcé de nombreuses écoles à fermer, laissant des milliers d'enfants sans éducation.


Mais à la suite de l'élection de Renà PrÃval comme nouveau président en février, une fenêtre d'opportunité s'est ouverte lorsque les gangs ont déclaré une trêve unilatérale, et la zone est finalement devenue accessible. L'UNICEF a immédiatement lancé une campagne de vaccination massive pour tous les enfants et les femmes du bidonville, vaccinant 20 000 enfants et 30 000 femmes contre les maladies évitables courantes.

En collaboration avec l'Organisation internationale des migrations (OIM) et les autorités locales, l'UNICEF a identifié les exigences pour ramener chaque enfant en classe. Les installations d'eau et d'assainissement sont en cours d'amélioration dans 40 écoles, tandis que des fournitures essentielles sont distribuées à tous les élèves et à leurs enseignants dans les 201 écoles, soit environ 68 000 enfants.

Il y a encore des enfants à Cité Soleil et dans d'autres régions d'Haïti qui n'ont pas accès à l'école. Un montant supplémentaire de 78 millions de dollars par an serait nécessaire pour atteindre l'objectif du Millénaire pour le développement de 2015 qui consiste à scolariser tous les enfants, en évitant à beaucoup de se voir remettre des armes à feu.
( UNICEF )