Les leaders spirituels dévoilent un plan d'action pour combattre l'extrémisme violent

Toutes Les Nouvelles

Forum des religions pour la paix pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes

Lors d'une conférence de deux jours au cours du week-end, des chefs religieux musulmans, juifs et chrétiens du monde entier se sont réunis à Abu Dhabi pour discuter des défis de l'extrémisme religieux violent et identifier les moyens de le combattre. La conférence a souligné que les chefs religieux doivent jouer un rôle actif dans le développement du contre-récit en offrant à leurs fidèles un récit authentique de paix.


Les cinq panels de la conférence ont également examiné les moteurs de l'extrémisme religieux violent, y compris les causes socio-économiques comme le chômage chez les jeunes.

Les organisateurs ont annoncé un 'plan d'action en 10 points qu'ils lanceront au cours des trois prochaines années pour lutter contre les extrémistes religieux qui interprètent mal le texte religieux pour faire avancer leur propre programme.'

Basé à New York Religions pour la paix , le co-présentateur de la conférence avec la société émirienne Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes , a dévoilé son plan d'action mondial triennal qui engage son réseau mondial à utiliser l'éducation, le plaidoyer et l'aide humanitaire stratégique dans la lutte contre l'extrémisme violent.

Les chefs religieux de toutes confessions ont convenu qu'il est de leur «devoir sacré dans cette lutte contre l'extrémisme religieux violent d'utiliser leurs connaissances et leur influence pour fournir à leurs fidèles les explications correctes de leurs textes religieux».


Shaikhbin Bayyah (photo,deuxième à partir de la droite) et le cardinal Onaiyekan ont tous deux déclaré empiriquement que leurs textes respectifs doivent être réinterprétés pour leurs adeptes afin qu'ils soient applicables aux conditions des temps modernes. Shaikh bin Bayyah déclare que l'extrémisme est alimenté par «les idées fausses et les incompréhensions de la charia» et qu'il appartient aux savants d'aider les fidèles à comprendre le texte. Selon le cardinal Onaiyekan, «la Bible existe depuis des milliers d'années, mais chaque génération a interprété la Bible pour refléter les besoins de leur génération; nous ne sommes pas scandalisés lorsque les interprétations du VIe siècle sont différentes de celles d'aujourd'hui. Nous devons interpréter pour aujourd'hui, pour notre propre peuple ».

(LIREplus de The National )


Crédit photo: Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés musulmanes

Marre de l'extrémisme?