Partout au Canada, les élèves font des cycles pour soutenir le sujet tabou: Mort dans la dignité

Le Plus Populaire

Cycliste promenades dans les rues du quartier-CycleofLifeTour-photoSean Jacklin, 21 ans, fait du vélo d'un océan à l'autre - 4 660 milles (7 500 km) - dans le but de faire la lumière sur un sujet dont beaucoup de gens ont du mal à parler, en sensibilisant et en augmentant les fonds pour le mouvement des soins palliatifs à travers le Canada. En tant que deuxième cycliste à organiser une tournée en solo pour les soins de fin de vie, Sean sait qu'il est difficile de collecter des fonds pour quelque chose dont personne n'aime parler.

«Les soins de fin de vie ne sont pas quelque chose auquel vous pensez quand vous avez 21 ans et que vous êtes fort», dit Jacklin. 'Mais maintenant, je réalise que c’est un programme très important qui passe sous le radar et c’est ce que j’espère changer.'


De nombreux hospices au Canada ont besoin de dons pour fonctionner, et seulement la moitié de leurs frais de fonctionnement sont couverts par le système de santé. Le reste provient de dons, principalement par le biais de domaines ou à la demande de familles qui ont bénéficié de la mort d'êtres chers dans un environnement aussi digne et attentionné.

Le voyage de Sean a commencé dans sa ville natale de Victoria, en Colombie-Britannique, le 5 juin et se terminera en septembre à St. Johns, à Terre-Neuve, dans le but de recueillir 50 000 $ pour la Victoria Hospice Society. Il avait déjà amassé 10 000 $ avant de quitter la province. Jacklin poursuit un «Cycle of Life Tour» lancé par son ami Graham Robertson, qui a parcouru 2 200 miles (3632 km) d'Anchorage, en Alaska, à Victoria dans la première version de l'événement qui a permis de recueillir 13 000 dollars pour le Victoria Hospice l'année dernière.

Ce n’est que lorsque Jacklin s’est engagé dans la course qu’il a découvert un lien personnel. «Ma mère a dit:« Vous savez, votre grand-mère Carey a passé les trois dernières semaines de sa vie à l’hospice de Comox »(au nord de Victoria).

Jacklin a reçu de nombreux retours positifs au cours de ses 27 jours sur la route jusqu'à présent. «Le soutien a été écrasant. Le sentiment le plus gratifiant est de voir quelqu'un venir vers vous en larmes, vous tenir la main et dire que vous faites une chose merveilleuse. '


REGARDEZ la vidéo CTV inspirante et continuez à lire ci-dessous…


En cours de route, il accepte des dons pour l’un des hospices du Canada, y compris le Victoria Hospice.

Jacklin souligne que l'objectif final est de collecter des fonds, mais que le sous-produit clé est la prise de conscience de tout cela. «Ce sujet ne doit pas être si tabou, il a touché et affecté un grand nombre de personnes, et il doit être reconnu. Au Canada, 70% de toutes les personnes qui meurent d'une forme quelconque de maladie en phase terminale passent du temps dans un hospice.

Jacklin a fait face à de nombreux éléments en cours de route et en attend beaucoup plus; cependant, il n’abandonnera pas. «Rouler en solo, sans aide, à travers le Canada est un défi certain qui me pousse à repousser les limites, mais il est plus difficile d’imaginer que quelqu'un passe les dernières semaines de sa vie sans que personne ne l’aide et ne le réconforte.»

Vous pouvez suivre la tournée du cycle de vie de Sean sur son blog et faire un don à l'adresse www.cycleoflifetour.ca


(Parties de l'article réimprimées de l'Armée du Salut , et son Regina Wascana Grace Hospice) - Merci à Verna Jarvis pour avoir soumis le lien!