Les chevaux sauvages rentrent enfin chez eux 50 ans après leur disparition

Toutes Les Nouvelles

Ces chevaux sauvages ont été élevés en captivité depuis qu'ils ont été conduits à l'extinction dans leur patrie - mais maintenant, environ 50 ans plus tard, ils traversent à nouveau les plaines mongoles.


Le cheval de Przewalski est la seule espèce équine qui n’a jamais été domestiquée. Son extinction de la nature mongole est largement attribuée aux hivers rigoureux, aux interférences humaines et aux activités militaires de la Seconde Guerre mondiale.

Cependant, un groupe déterminé de défenseurs de l'environnement a maintenu l'espèce en vie grâce à plusieurs programmes de sélection en République tchèque et dans d'autres pays européens. Les premiers chevaux de Przewalski à être relâchés dans le désert étaient quatre juments transportées par avion vers le désert de Gobi dans les années 1990, selon Reuter's .

EN RELATION: Une fois éteinte au Japon, la population de cigognes atteint 100 après le don de la Russie

Le zoo de Prague aurait libéré 27 chevaux de leur programme d'élevage. Une enquête de 2011 du Union internationale pour la conservation de la nature a estimé la population équine à environ 300, faisant passer le statut de l'espèce de «En danger» à «En danger critique». Il a été initialement répertorié comme «éteint à l'état sauvage» en 1966.


«Il est clair pour moi que la société a maintenant la capacité d'inverser le déclin des espèces», déclare le professeur Jonathan Baillie, directeur des programmes de conservation à la Zoological Society of London. «Fondamentalement, ce sont nos valeurs qui doivent changer si nous voulons éviter la crise d'extinction imminente.»

La «success story» du cheval de Przewalski se poursuivra à mesure que la population augmentera régulièrement. Les chevaux les plus récemment relâchés seront surveillés par des défenseurs de l'environnement pour s'assurer qu'ils s'adaptent correctement à leur environnement avant de se voir accorder une liberté totale sur le désert.


Les chevaux sauvages ne pouvaient pas faire glisser cette histoire: cliquez pour la partager(Photo de Claudia Feh, CC)