Avec seulement 147 des plus gros perroquets du monde, le baby-boom de cette année a laissé les chercheurs se plaindre positivement

Toutes Les Nouvelles
Bébé kākāpō nourri à la main - Darren Scott / Department of Conservation (NZ)

L’espèce de perroquet la plus grosse et la seule qui ne vole pas au monde vient de profiter d’un incroyable baby-boom - et les défenseurs de la nature sont ravis.

Bien qu'ils aient été l'un des oiseaux les plus communs de Nouvelle-Zélande, il n'y a aujourd'hui que 147 kākāpō adultes en vie.


On pensait auparavant que l’espèce était éteinte jusqu’à ce qu’une petite population soit trouvée sur une île au sud du continent dans les années 1970. Au cours des décennies suivantes, leur population est passée progressivement de 18 oiseaux en 1977 à 50 au milieu des années 1990, selonLe gardien.

Les kākāpō ne se reproduisent que tous les deux à quatre ans, lorsque les rimu produisent des fruits au cours de ce que l'on appelle une année de mât. La dernière année de mât, en 2016, a vu un record de 34 oiseaux ajoutés à la population.

EN RELATION: Le deuxième plus grand récif corallien du monde vient d'être retiré de la liste des espèces en voie de disparition

Ce mois-ci, cependant, les scientifiques ont été ravis de l'arrivée de 76 nouveaux poussins, soit plus du double du nombre record de nouveau-nés.


«C’est absolument énorme, c’est énorme», a déclaré le Dr Andrew Digby, conseiller scientifique du programme de rétablissement du kākāpō du Département de la conservation. Le gardien .

«Au cours des deux dernières saisons, d'énormes quantités de fruits n'ont pas été vues depuis 50 ans, c'est pourquoi toutes les femelles kākāpō savent qu'il est temps de se reproduire et ont en fait commencé beaucoup plus tôt que d'habitude, ce qui signifie que certaines ont maintenant pu nicher. à deux reprises.'


VOIR: Les perroquets en voie de disparition n'arrêteront pas de jouer avec les cônes de signalisation, donc les oiseaux effrontés ont reçu leurs propres gymnases en bord de route

Une installation d'élevage manuel temporaire a été mise en place à Invercargill pour aider à prendre soin des poussins les plus vulnérables de cette saison, offrant une rare opportunité pour les gens de voir un kākāpō avant de retourner dans leurs maisons insulaires exemptes de prédateurs et de parasites.

Les années précédentes, les visionnages publics s'étalaient sur de plus longues périodes, mais les poussins et leurs mères se débrouillant si bien sur les îles, l'installation n'était pas nécessaire pour la même durée cette année.

«Kākāpō est [un trésor culturel] pour tous les Néo-Zélandais et nous sommes ravis de partager leur succès avec le public cette année», dit le ranger de défense du kākāpō Bronnie Jeynes.


«Avec tous les fruits rimu disponibles, les poussins prospèrent vraiment sur les îles cette année. Pour la première fois dans la mémoire récente, nous avons pu mettre trois poussins dans un nid! C'est une période extrêmement excitante. '

(REGARDEZl'adorable danse joyeuse de ce kākāpō dans la vidéo ci-dessous)

Je parle du #préservation de deux des oiseaux les plus rares et les plus inhabituels au monde. Venez pour les vidéos et photos d'oiseaux étranges; restez pour la science! #kakapo #takahe #NZ pic.twitter.com/qVhrRYzMiw

- Dr Andrew Digby (@takapodigs) 12 octobre 2018

Envoyez la bonne nouvelle à vos amis en la partageant sur les réseaux sociaux- Photo vedette de Don Merton / Département de la conservation (NZ)