Le premier bifteck cultivé sur cellules au monde ne nuit pas aux animaux

Toutes Les Nouvelles
Le premier bifteck cultivé sur cellules au monde ne nuit pas aux animaux
Accueil Toutes les actualités Le premier bifteck cultivé sur cellules du monde scientifique ne nuit pas aux animaux
  • Toutes les nouvelles
  • Science
  • Instagram

Le premier bifteck cultivé sur cellules au monde ne nuit pas aux animaux

Par McKinley Corbley-- 19 déc.2018

Les scientifiques ont réussi à cultiver le premier steak au monde à base de cellules qui a été créé dans un laboratoire sans nuire aux vaches.

La start-up israélienne Aleph Farms affirme que la viande cultivée en laboratoire a exactement la même texture et la même odeur que celle du steak ordinaire. Bien que le goût soit encore assez similaire à la réalité, les chercheurs veulent développer le steak afin qu'il soit plus épais et identique au goût du steak animal.

Le prototype de steak coûte actuellement environ 50 $ à fabriquer, ce qui, selon la société, n'est «pas fou» par rapport au prix de 285 000 $ du premier bœuf haché cultivé en laboratoire qui a été développé en 2013. De plus, les steaks devraient devenir encore moins chers en fonction de la demande. augmente et la production est étendue à une échelle commerciale.

gli occhiali permettono al daltonico di vedere

Le steak a déjà été mis à l'épreuve dans une vraie cuisine également - Amir Ilan, qui est chef au restaurant Paris Texas à Ramat Gan, en Israël, a salué cette réussite cultivée en laboratoire.

EN RELATION: Les mines de charbon abandonnées pourraient bientôt être transformées en fermes intérieures parfaitement efficaces

«Le steak d'Aleph Farms est finement tranché et cuit en une minute environ», explique Ilan. «Pour moi, c'est une grande expérience de manger de la viande qui a l'apparence et la sensation du boeuf mais qui a été cultivée sans antibiotiques et ne cause aucun dommage aux animaux ou à l'environnement.

La viande cultivée en cellule est généralement cultivée en utilisant quelques cellules d'un animal vivant, qui sont extraites sans douleur. Ces cellules sont ensuite nourries et cultivées pour produire une matrice complexe qui reproduit le tissu musculaire.

L'un des obstacles à la production de viande cultivée a été de faire interagir les différents types de cellules afin de construire une structure tissulaire complète semblable à celle d'un animal. Le défi consiste à trouver les bonnes combinaisons de nutriments qui permettent à la matrice multicellulaire de croître efficacement ensemble en une structure complète.

PLUS: Un activiste animalier conclut un accord historique avec le marché de la viande pour fermer tous les abattoirs

L'entreprise a réussi à surmonter cet obstacle grâce à une plateforme de bio-ingénierie développée en collaboration avec le Technion - Israel Institute of Technology, Haïfa.

«Nous façonnons l'avenir de l'industrie de la viande - littéralement», déclare Didier Toubia, cofondateur et PDG d'Aleph Farms. `` Faire une galette ou une saucisse à partir de cellules cultivées à l'extérieur de l'animal est assez difficile - imaginez à quel point il est difficile de créer un steak musculaire entier. [Mais pour nous], ce n'est pas de la science-fiction. Nous avons transformé la vision en réalité en cultivant un steak dans des conditions contrôlées. Les produits initiaux sont encore relativement minces, mais la technologie que nous avons développée marque une véritable percée et un grand pas en avant dans la production d'un steak de culture cellulaire. »

CHECK-OUT:Dans le but de réduire les déchets alimentaires, Kellogg's utilise ses cornflakes rejetés pour faire de la bière

Le steak devrait être commercialisé au cours des quatre prochaines années. Étant donné que l'agriculture à grande échelle est l'un des plus grands contributeurs de gaz à effet de serre, représentant environ 9% des émissions mondiales en 2016, le steak pourrait changer la donne dans la lutte contre le changement climatique.

Toubia, cependant, souligne que son entreprise ne prévoit pas de remplacer les petites entreprises d'élevage qui vantent des bovins élevés dans le respect de l'éthique et nourris à l'herbe - ils veulent seulement prendre position contre l'élevage industriel.

'Nous ne sommes pas contre l'agriculture traditionnelle', a déclaré Toubia Le gardien. «Le principal problème aujourd'hui concerne les installations d'élevage intensif, qui sont très inefficaces et très polluantes et ont perdu la relation avec l'animal.»

(REGARDER la vidéo ci-dessous) - Photo par Aleph Farms

Nous espérons que vous aimerez partager cette histoire avec vos amis sur les réseaux sociaux

Coffee Cup

Vous voulez une secousse matinale de bonnes nouvelles?


  • MOTS CLÉS
  • Environnement
  • Animaux
  • La technologie
  • Agriculture
  • Agriculture
  • Humain
  • Végétarien
  • Ingénierie
  • NewsCred
McKinley Corbley